Journal d’une tricoteuse #2 : le grand frisson

« Pour les néophytes, le tricot a l’air d’un loisir tout à fait inoffensif. C’est faux.

Celui qui n’a jamais tenu les aiguilles pense qu’il s’agit simplement de rester des heures sur un fauteuil, à enchaîner les mailles. Le tricot vu de l’extérieur a un côté routinier, tranquille, tellement « plan-plan ». Si les gens savaient… s’ils avaient une idée de la réalité qu’il y a derrière, des risques qu’on court ! Je me souviendrais toujours de la première fois. J’avais rassemblé mes pelotes à la hâte, attrapé les aiguilles sans vraiment trop y penser. J’avais besoin de tricoter avec d’autres, d’échanger, de VIVRE quelque chose. Je savais que c’était risqué. Parce qu’une fois qu’on commençait, on était incapable de s’arrêter… Mais je n’avais pas pu m’en empêcher. J’avais cédé à l’envie terrible qui me minait depuis quinze jours. J’avais emballé mes aiguilles préférées, ma laine, des anneaux marqueurs en quantité et un petit carnet dans lequel j’avais prévu de consigner mon aventure. Je m’étais promis d’écrire un livre. Si j’arrivais au bout de ma quête…

Un grand frisson me parcourait le dos mais je ne pouvais plus reculer. Il était 7 heures du matin et mon sac était prêt. J’avais chaussé mes baskets les plus confortables, noué mon pull préféré autour de ma taille et glissé dans mon sac la lampe de poche. Audrey avait tenu à ce que j’emporte un mug du club de tricot. La tasse en fer blanc se balançait sur l’avant de mon sac à dos. « Kittens Game ». Notre mercerie. Notre groupe d’amies. La voix d’Audrey me revenait aux oreilles : « Comme ça on sera toutes avec toi ! » Elle ne pouvait pas laisser la boutique, et même si elle avait pu partir elle n’aurait sans doute pas fait le voyage. Peut-être après tout, qu’elle avait raison… mais c’était trop tard pour changer d’avis. J’avais eu le grand frisson cet appel intérieur si puissant, irrésistible. L’appel de l’aventure…

Je ne savais pas grand chose de ce qui m’attendait : la carte, glissée sous ma porte, ne portait ni signature, ni détails. Un logo avec une pelote de tricot. Au dos, une date et une heure écrites en majuscule. Le matériel à emporter. 800 m, fingering, aiguilles 3,5 mm. C’était toujours comme ça que les participantes étaient prévenues. Je ne savais pas où l’aventure me conduirait. J’avais emporté mon passeport, juste au cas où. Je consultais ma montre : c’était l’heure. Je sortis dans le couloir, le cœur battant. Je m’apprêtais à rejoindre la plus grande chasse au trésor de la saison. Des participantes du monde entier. Un mois pour retrouver tous les indices. Un mois pour franchir toutes ensemble les étapes que notre mystérieux guide avait préparé. Je glissais la carte dans ma poche et refermais à clé la porte de mon appartement. Soudain, mon téléphone vibra, je fis un bond. « Calme toi Pauline, calme toi… »Je sortis l’appareil de ma poche. C’était un mail. Expéditeur inconnu.

 » Chère Pauline, merci d’avoir choisi de rejoindre cette aventure tricot. Vous trouverez ci-joint le premier indice… »

L’aventure commençait. »

Si ce texte vous a plu, et que comme Pauline, vous avez envie de rejoindre une chasse au trésor tricot, découvrez le KAL mystère du Printemps ! Un patron de châle exclusif, 4 indices… et des surprises ! Alors, oserez-vous vous lancer dans l’aventure ?

4 commentaires sur “Journal d’une tricoteuse #2 : le grand frisson

  1. Je suis prete! Je prépare avec soin mon sac: aiguilles 3?5 (mes préférees!❤️), la laine, jhésite encore …Et je vais gueter avec impatience mon mail » Chère Elisabeth, merci d’avoir choisi de rejoindre cette aventure tricot. Vous trouverez ci-joint le premier indice… »
    Oh la la que le temps va me paraitre looooong !

    Aimé par 2 personnes

    1. Je suis joie tout comme notre chère Elisabeth. Oh mais Audrey ,c’est mon second prénom. Cela confirme que j’ai bien fait d’embarquer pour cette nouvelle aventure laineuse avec mes tricopines.
      J’ai hâte. Et franchement les tricopines , merci avant je n’aimais pas les aiguilles 3.5mm maintenant j’aime.

      Aimé par 1 personne

      1. Oh mais je ne savais pas que tu t’appelais aussi Audrey ! En voilà une jolie coïncidence ! 😉

        J'aime

  2. Découvert que très récemment, j’ai commandé ce matin la pochette du kAL mystère du printemps , pour l’occasion je vais coudre un sac à projet dédié au KAL, je ne me suis pas encore décidé pour la laine, mais j’aimerais que les couleurs soit douce et légère comme le printemps qui pointe le bout de son nez timidement, maintenant je me languis de faire partie de l’aventure….

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s